Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Etre fléxitarienne, mon choix, mes difficultés

Publié le par so lamainsurlesyeux

Etre fléxitarienne, mon choix, mes difficultés

Salut tout le monde,

Depuis quelques mois j'ai recommencé à ne manger de la viande et du poisson qu'en de rares occasions. Je me sens beaucoup mieux ainsi, mais je ne me fustige pas si au resto ou chez des amis je me retrouve à manger comme les omnis. A vrai dire après quelques soucis de santé j'avais pas envie de prendre de décision radicale sur mon alimentation.

J'ai lu une fois que devenir VG c'était d'abord ajouter des choses à son alimentation avant d'en enlever pour éviter les carences. J'en suis là, je m'amuse avec les graines, les légumineuses, je découvre les associations, les jus, tout un tas de choses qui me permettent de ne pas avoir besoin de protéines animales. La semaine dernière c'était steack d'haricots blancs et celle d'avant houmous fromager vegan de Marie Laforet j'adore tester les nombreuses recettes végetariennes et vegan piochées dans des livres ou sur les blogs.

Bien que je m'offre de temps en temps des substituts je'essaye avant tout de faire des plats simples et savoureux à partir de produits de base, toujours dans mes placards.

Mon entourage avait su que je remangeais de tout quand mon médecin me l'avait demandé il y a presque un an (gros soucis de fer couplé à une autre bricole qui m'affaiblissait beaucoup), mais quand j'ai recommencé à choisir mes aliments je n'en ai pas trop parlé.

J'ai préféré utiliser la manière douce et parler petit à petit de mes choix alimentaires. L'annonce de mon végétarisme avait sans doute été trop brutal, certains de mes proches pensaient que ce serait contraignant de m'avoir à dîner, d'autres ne savaient pas trop par quoi remplacer la viande, alors il m'a semblé plus simple de ne pas m'enfermer dans une case et ne pas stresser tout le monde.

Le hic c'est que le fléxitarisme me semble encore plus incompris que le végétarisme.

Dernièrement je suis allée chez mes parents puis beaux parents, nous avons eu deux barbecue dans le week-end, et pas grand chose à côté. Alors bien sure une partie de moi est contente de ces moments passés en famille et se tape du contenu du repas, mais quand même chez mes parents j'aurai aimé qu'on pense un peu plus à moi.

C'est un peu de ma faute en même temps, quand j'ai des invités je prend le temps de leur préparer des plats qui leur conviennent quitte à ne pas avoir le temps de me préparer autre chose. C'est une erreur, le message n'est pas claire, à être trop bonne pâte on se fait oublier. Seulement voilà j'ai l'impression de faire des efforts quand je reçois autant que quand je suis invitée, c'est fatiguant à force quand ça marche à sens unique non?

Le week-end dernier j'ai beaucoup repensé à tout ça et ça m'a rappelé l'époque où j'étais omni de peur d'imposer mes choix, ma volonté. J'ai l'impression de faire un bon en arrière et de me soumettre à nouveau aux choix des autres.

C'est usant de toujours ce soucier des autres, ou pire du regard des autres mais que voulez vous, moi mon truc c'est d'être discrète au point parfois de me faire oublier finalement.

J'ai l'habitude de manger tôt, et passé 19h30 je meurs litéralement de faim donc viande ou pas je mange ce qui est sur la table sans trop me poser de question. Je comprend que ce ne soit pas claire dans l'esprit des gens du coup. Puis quand on est invité c'est souvent pour le week-end entier alors ne rien manger de consistant pendant deux jours je n'en suis pas capable.

Pour conclure je trouve qu'accepter de manger de la viande quand il n'y a rien d'autre a creusé l'écart entre ceux qui essayent de me proposer des plats que je peux manger sans soucis et ceux qui n'ont pas trop envie de se casser la tête.

J'écris cet article pour partager mon expérience et savoir comment vous vous en sortez si vous suivez un régilm alimentaire différent de celui de votre entourage, comment arrivez vous à vous faire comprendre vos coix sans brusquer personne?

A bientôt,

Sophie